Ils font le nucléaire #2 - Trihom, une vision humaine de la formation.

April 30, 2018

En 2018, le GIE Atlantique met en lumière les acteurs qui gravitent autour du nucléaire. Préventeurs, formateurs, agences de travail temporaire, prestataires de services... tous ces acteurs qui font aussi le nucléaire. Le second volet est consacré ce mois-ci à Trihom, organisme de formation spécialisé dans l'industrie nucléaire.

Le regard est vif, perçant, la gestuelle est assurée, le corps est en perpétuel mouvement pour capter l’attention de son auditoire.

C’est dans cette salle, sur ce chantier école, perdus dans les méandres du lycée professionnel de l’Estuaire, bordés de murs bleu pastel garnis de clichés estampillés Framatome - ancienne version - qu’Édouard Coudrin officie devant une dizaine de nouveaux intervenants de l’industrie nucléaire, venus apprendre les rudiments de la radioprotection.

 

Tel un « Vous savez ce qu’on fait de nos déchets en France ? » lancé innocemment, mais qui alimentera les échanges pendant une vingtaine de minutes, Édouard suscite l’interaction avec son public d’une semaine. Il s’appuie sur l’expérience de ce dernier, également, pour briser la monotonie. « la diversité des stagiaires et leurs apports font de chaque formation un moment unique. Bien que le message que l’on passe soit à chaque fois le même, la façon de le passer peut changer radicalement d’une semaine à l’autre, en fonction des liens que l’on peut créer avec eux ».

 

Trouver des analogies pour expliquer simplement les enjeux auxquels seront confrontés les intervenants en zone contrôlée, informer sur l’actualité et les spécificités de chaque CNPE sur lesquels ils évolueront, savoir accepter de ne pas savoir aussi, parfois, aller au-delà du simple support pour faire comprendre, expliquer par l’histoire, démontrer par l’image, communiquer par la preuve, tenter de lever chaque doute immiscé chez les stagiaires… telle serait la philosophie des formateurs de Trihom du Blayais, si l’on devait la caractériser. Une philosophie qu’Édouard s’évertue à appliquer depuis une dizaine d’années en tant que formateur. Une carrière ajustée à sa première volonté, celle d’enseigner.

 

Malgré cet effort incessant de pédagogie, le métier de formateur n’est peut-être plus prometteur : formation en e-learning, développement de la réalité augmentée appliquée à l’industrie, serious games… les menaces technologiques sont nombreuses pour les formateurs. Premier signe d’un changement : l’apparition des tablettes tactiles, utiles à l’évaluation finale des stagiaires, qui ont remplacé depuis le 1er janvier les questionnaires papier. Édouard se veut néanmoins optimiste :

« Je pense que malgré les avancées techniques à venir,
notre métier aura toujours besoin de relations humaines
. »

 

- Édouard Coudrin,

Formateur Trihom.

Pour l’agence Trihom du Blayais, l’avenir s’oriente vers Reignac, où l’organisme de formation fait construire un nouveau chantier école ainsi que de nouveaux bureaux, sur le site du Centre de Formation Multi-métiers (CFM). Un avenir humain, pour le moment.

 

 

Partager
Retweeter
Please reload

Articles liés

Forum des Métiers de l'Industrie #2

November 12, 2019

1/10
Please reload

Articles récents

October 28, 2019

Please reload

Archives